Agrégateur de flux

Prochaines dates: 24 avril -Beau Bar (Bourges) 25 avril -Place Bennet- 21h- (B...

Surfer Rosa FB - mar, 15/04/2014 - 10:27
Prochaines dates:

24 avril -Beau Bar (Bourges)

25 avril -Place Bennet- 21h- (Bourges)

26 avril -L'aentre (Lausanne, Suisse)

27 avril -Muzic All (Bensançon)

03 mai -El Diablo w/ Venera 4 (Lille)

14 juin -B52 Club (Eenergem, Belgique)
Catégories: Résidents

Sébastien Beaumont > Save Our Souls

Muzzix - mar, 15/04/2014 - 10:17

Galerie du bar Floréal à Paris 20
43, rue des Couronnes
Du 23 mai au 27 juin 2014
Du mardi au dimanche, de 14h à 18h30
Vernissage le jeudi 22 mai à 18h30
Informations : 01 43 49 55 22
Site du Bar Floréal

L'exposition S.O.S. et le livre qui l'accompagne présentent des photographies prises lors d'embarquements sur des bateaux de pêche et, à terre, des paysages maritimes et des portraits des marins chez eux.
Au coeur de l'exposition, les compositions de Sébastien Beaumont, qui allient sons concrets et sons de guitare, feront écho aux photographies de Caroline Pottier. Un travail en duettistes sur l'équilibre, la fragilité et la précarité.

Ouverture exceptionnelle jusqu'à 21h du 23 au 26 mai à l'occasion des Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes de Belleville
Fermeture exceptionnelle du 29 mai au 1er juin.

Catégories: Résidents

En écoute mardi

Surfer Rosa FB - dim, 13/04/2014 - 18:35
En écoute mardi


Catégories: Résidents

Performance sonore avec les étudiants de l'Ensap

Muzzix - ven, 11/04/2014 - 16:44

Dans le cadre du Façad'Art des Fenêtres qui Parlent, les étudiants de licence 3 de l'Ensap Lille ont travaillé avec Fabrice Poiteaux, enseignant de l'école, et Yanik Miossec du collectif Muzzix. Ce groupe d'étudiants a ainsi exploré l'environnement sonore du quartier, et propose par ses interventions d'en révéler les différentes dimensions sensibles, les échelles de bruit, mais aussi les silences.

Le Façad'art 2014 prend place dans une partie du quartier de Berkem dont la rénovation urbaine vient de franchir une étape importante. La question posée aux artistes concerne la ville renouvelée, l'influence de cette évolution sur la vie des habitants du quartier et la possibilité pour eux -les artistes comme les habitants- de s'emparer de cette histoire en mouvement.

Les artistes sont intervenus dans l'espace public, au sol, aux murs, aux fenêtres ; certaines œuvres ont évolué pendant toute la durée du Façad'Art, avec la possibilité pour les habitants de participer à ces projets créatifs lors des rendez-vous du dimanche à 11h.

> Interventions urbaines de Mathieu Husser, Dimitri Vazemsky, Vincent Herlemont, Fabrice Poiteaux, Les frères Ripoulain et Hélène Marcoz
> Performance culinaire de Delphine Mazur le dimanche 13 avril à 11h15
> Performance sonore des étudiants de licence 3 de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture et de Paysage de Lille encadrés par Fabrice Poiteaux, enseignant, et Yanik Miossec du collectif Muzzix, le dimanche 13 avril à 11h40
> Participation d'Andy Kraft

Un évènement créé en partenariat avec la Ville de la Madeleine, l'ENSAPL,Tangram et Muzzix.

Catégories: Résidents

[CrimCrum #24] - PCM Bla∫t

Muzzix - ven, 11/04/2014 - 09:16

PCM Bla∫t
(PCM Bla∫t : Pulse Code Modulation)

Le trio se veut une fanfare de chambre qui, faisant la part belle aux cuivres, n'hésite pas à se saisir de trompes et autres cornes et à se transformer en chorale de poche. Ouvert à tous les langages musicaux, le répertoire puise aussi bien dans la tradition cuivrée que dans les expérimentations sonores, jouant du souffle et des tuyaux pour produire des sonorités aux harmonies denses, proches des langages électroniques.
Le trio aime à passer de formes improvisées à des pièces écrites (de la musique médiévale aux compositeurs du XXIe siècle - sans oublier Mahler et Wagner), traitées dans une approche expérimentale et théâtrale. Ils incarnent ainsi plusieurs Brèves de Jacques Rebotier avec qui Maxime Morel s'est produit à plusieurs reprises. Aimant jouer des contrastes propres à leurs instruments, ils nous distillent une musique généreuse, sachant alterner puissance et intimisme.

Samuel Carpentier (trombone), Maxime Morel (tuba), Christian Pruvost (trompette).

Catégories: Résidents

THE NEON NOIR STORIES – PREFACE

Pan Aurora - jeu, 10/04/2014 - 16:01

Neon noir teaser 2 LD

EN

Dear You,

I would like to tell you more about Neon Noir and our new music video, “The Automatons”, which will be released on April 22nd.

I shall first apologise for the sketchiness of most of my recollections, as regards my dreams and the following course of events. I am afraid my memories have proved very faulty of late. I hope this will not seem too confused. The idea was to give you an inkling of how Neon Noir was born.

I could not tell when exactly I first started dreaming about this city. Surely I was still living in Brittany at the time. In this dream, I am standing on the pavement of a very narrow street, by the entrance of a restaurant. The place is crowded and lively, its loud hubbub only slightly muffled by the front doors. I am waiting for someone. I am waiting for a woman whom I do not know yet. Still, I can already sense, instinctively, the power of her beauty, like an earthquake quietly growling under my feet. I have never seen her but I know I would recognise her straight away. I peer through the windows in hope to catch sight of her, at first to no avail. I cannot recall clearly how but I eventually get to see her. Is that her seated, wearily resting her head upon the palm of her right hand? Would she prod my shoulder from behind in order to gently surprise me? In that case one’s imagination can readily go wild and it makes one question the very nature of memories, especially while remembering dreams. At some point in my dream she disappears and I end up getting lost, treading along a wire fence that hinders my exploration. Beyond the wire fence, a piece of waste land stretches towards the horizon.

I awoke feeling haunted by the atmosphere of this strange city. Its colours, so vivid, so powerful, still linger in my mind. It feels like ever since, every time I was bewildered by some lady’s beauty, I was reminded of the mysterious and timeless figure of the woman in my dream. It pains me not to be able to describe her features with accuracy. Such beauty differs from the calm and appeasing aesthetics of a landscape. Her beauty was fragile, dangerous, urgent, a poison that tasted delicious.

Sometimes it strikes you as irrational yet utterly obvious. It reminds me of Haruki Murakami’s famous epiphany in 1979. Haruki was watching a baseball game when one of the players struck the ball majestically, achieving a “home-run”. At this very moment, when the thud of the bat resonated in the stadium, Haruki instantly knew he would write his first novel “Hear the Wind Sing”. Isn’t it intriguing how two apparently unrelated events might become connected? By which means was Haruki struck by such certainty? I could not explain to you why I think the dream city of my slumbers shall be called Neon Noir. It simply sprung to mind, bubbled up and made perfect sense. Once lost in Neon Noir, one feels equally remote and distant from oneself. One feels struck by a blurry feeling of déjà-vu, fuelled by memories we dare not remembering.

Back in the winter of 2012, I was living in Brussels, sharing the most peculiar flat with a lovely actress from Switzerland. Such a strange place it was! The flat was squeezed under the rafters of a concrete building (read appallingly ugly) on “La Rue Haute”, a street wedged uncomfortably between the touristic area of Les Sablons and the popular (read rather dodgy) neighbourhood of Les Marolles. The whole city looked glazed, petrified by the cold. All colours seemed blurred out by the glum winter lights and all you longed for was to stay in bed, wrapped up in a warm blanket, wrapped up in reveries. One of those icy nights I had another dream about Neon Noir. I am again waiting for her, this time by an ivy-laden fountain. I can still hear the sound of water trickling from the beak of the bird-shaped statue, corroded, misshapen by the years. I can still feel the cold hauling my shoulders and tensing the muscles in my neck. The water is crystal clear and still one cannot see the bottom of the basin, which appears as dark as a well. I am not wearing gloves and hence clap my bare hands to warm up. I breathe out wafts of steam to help me pass the time. She is late and I am unsure how long I will have to wait for. She never shows up. I wrote a short acoustic piece about this second dream, entitled “Seleghi’s Park”

“How long have you been waiting? / Frozen to the bones / By the ivy-laden fountain / Dried up to the stones”

Not so often, but regularly dreams of this city recurred. When the following autumn neared and upon my return to Lille, I decided to take some time off work and focus on my art. Having all this time on my hands felt a little daunting. This is when I actually took to write about Neon Noir. Why? Because there was nothing else for me to write about. I thought it would be a good idea to invent a few characters and have them explore Neon Noir with me.

Neon Noir is unlikely to ever be released in the classical format of an LP. Seeing it as a puzzle, we thought it would be much more interesting to start sharing it with you story after story, chapter after chapter, in a filmed form, in no chronological order. Who knows, maybe someday we will piece them all together? How long will it last for? I am still writing the Neon Noir stories and am still looking forward to being influenced by your feedback. I am uncertain this might ever come to an end. Here’s the starting point: a middle-aged man, named Indigo, falls asleep on a train and wakes up in a city called Neon Noir. He first meets Gilbert, a clair-obscure character whose intentions are unclear. While feeling lost, many a thing in Neon Noir will find echo within him. People, lights, places, glances, allude to memories buried deep.

How about the Automatons? In this chapter, recounted by Gilbert, Indigo has fallen ill.  He encounters two automatons that may possess the key to unlock his recovery. We will discuss this in more depth later.

We hope you will enjoy our Neon Noir stories.

With much love,

Jordan

FR

Cher Toi,

J’aimerais te parler de Neon Noir et de notre première vidéo, intitulée « The Automatons », que tu pourras visionner  à partir du 22 avril.

Je m’excuse à l’avance du caractère brouillon et confus de ces quelques lignes. Ma mémoire me joue des tours récemment, tout particulièrement quand je rappelle à moi certains rêves. J’espère que tu arriveras à me suivre et que tu comprendras quelles prémices ont motivé mon écriture.

Je ne pourrais pas te dire exactement quand j’ai commencé à rêver de cette ville. Je vivais encore surement en Bretagne à l’époque. Dans ce rêve je me tiens devant un restaurant. L’endroit est bondé et l’ambiance animée. Un bruyant brouhaha se fait entendre,  étouffé par les fermetures intermittentes de la porte d’entrée. J’attends quelqu’un. J’attends une femme que je ne connais pas encore. Je peux déjà sentir la puissance de sa beauté, comme un tremblement de terre grondant tendrement sous mes pieds. Je sais que je la reconnaitrai au premier coup d’œil même sans même l’avoir jamais vu. A travers la fenêtre, j’arpente du regard l’intérieur du restaurant dans l’espoir de l’apercevoir. Je finis enfin par la voir mais je ne peux me rappeler ni quand ni comment. Est-elle là assise, l’air las, le menton délicatement posé sur la paume de sa main droite ? Est-elle derrière moi, tapote-t-elle mon épaule de manière à me surprendre? Mon imagination s’emballe et je me retrouve à questionner la nature même de ces souvenirs, entre rêves et fabulations. Elle finit par disparaître et je me perds dans la ville. Je longe un haut grillage, une clôture interminable qui m’empêche d’explorer le reste de la ville. Derrière ce grillage, un terrain vague à perte de vue.

Je me suis réveillé hanté par mes visions de cette ville étrange. Ses couleurs, tellement vivides, si puissantes, perdurent encore aujourd’hui dans mon esprit. A partir de ce moment, chaque fois que je me retrouvais confronté à une quelconque beauté, je ne pouvais m’empêcher de contempler avec nostalgie l’image de la femme de mes rêveries. Il me peine de ne pouvoir m’en souvenir avec précision. J’aimerais être capable de te la décrire mais cela serait mentir. Je sais que cette beauté n’a rien à voir avec l’esthétique calme et apaisante d’un « beau » paysage. Sa beauté rimait avec fragilité, dangereuse et urgente, un poison au goût délicieux.

Parfois les raccourcis les plus irrationnels semblent les plus évidents, telle la fameuse épiphanie vécue par l’auteur Haruki Murakami. Alors qu’il assistait à un match de baseball, l’éclat de la balle contre la batte compliqué d’un « home-run » déclenchait chez lui une vision d’évidence : il allait écrire sa première nouvelle, « Ecoute le chant du vent », en 1979. Comment cet évènement d’apparence anodine a-t-il pu déclencher un tel écho ? Je ne pourrais pas t’expliquer pourquoi cette ville irréelle dans laquelle mon inconscient m’a plongé s’appelle Neon Noir. Ce nom m’est venu à la bouche comme une évidence. Neon Noir m’inspire des sentiments ambivalents, une étrangeté à la fois distante et familière, une sensation de savoir sans se souvenir, un sentiment de déjà-vu.

Hiver 2012. Je vis à Bruxelles dans un curieux appartement en colocation avec une charmante comédienne suisse. Un endroit bien étrange! Je vis coincé sous les combles d’un hideux bâtiment bétonné de la rue Haute, elle-même coincée entre le quartier touristique des Sablons et celui bien plus populaire des Marolles. Toute la ville semblait vitrifiée, pétrifiée par le froid. Sous les mornes lumières de l’hiver, Bruxelles avait perdu toutes ses couleurs. Dans de telles circonstances le mieux que l’on pouvait espérer était de rester dans son lit emmitouflé dans ses rêveries. C’est durant une de ces nuits glacées que j’ai à nouveau rêvé de Neon Noir. Je l’attends encore, toujours la même femme, à côté d’une fontaine recouverte de lierre. J’entends le son de l’eau ruisselant du bec d’une statue qui devait avoir la forme d’un oiseau, ses formes érodées par les années. Je sens le froid glacial me tirer par les épaules, tendre les muscles de mon cou. L’eau semble claire comme du cristal mais le bassin de la fontaine plus profond qu’un puits, son fond caché dans l’obscurité. Je ne porte pas de gant et je frappe des mains pour réchauffer mes doigts engourdis. Elle est en retard et je me demande combien de temps je vais devoir l’attendre. Elle ne viendra finalement pas. Ce rêve m’inspira l’écriture d’une interlude acoustique, intitulée « Seleghi’s Park ».

“How long have you been waiting? / Frozen to the bones / By the ivy-laden fountain / Dried up to the stones”

Depuis lors d’autres rêves se déroulant à Neon Noir se sont produits. L’automne approchant je décidai de prendre un sabbatique pour me consacrer un temps à la musique. Avoir autant de temps était un peu intimidant! C’est alors que j’ai vraiment commencé à écrire à propos de Neon Noir. Je ne voyais pas ce que j’aurais pu écrire d’autre. J’ai voulu mettre en scène différents personnages avec qui je pourrais explorer la ville dans ses moindres recoins.

Nous ne pensons pas pour l’instant sortir Neon Noir sous un format album. Nous avons pensé qu’il serait plus intéressant de vous délivrer chaque histoire comme un nouveau chapitre, illustrée d’une vidéo. Peut être pourrons nous un jour réunir toutes les pièces du puzzle ? Dans tous les cas ces histoires sont toujours en train d’être écrites. En voici le point de départ : Indigo, un homme d’une trentaine d’année, s’endort dans le train et se réveille dans une ville d’allure inconnue. C’est à la gare centrale de Neon Noir qu’il rencontre Gilbert, un individu clair-obscure dont les intentions sont douteuses. Bien qu’il s’y sente perdu, Indigo va être frappé par de nombreux échos à ses propres souvenirs.

Et ces « Automatons » ? Dans ce premier chapitre, l’histoire prend place après qu’Indigo soit tombé malade. Deux automates vont venir à sa rencontre et pourrait posséder le remède à son étrange maladie. L’histoire est narrée par Gilbert. Mais nous en reparlerons plus tard.

J’espère que vous prendrez plaisir à découvrir nos « Neon Noir stories ».

Amoureusement,

Jordan

The post THE NEON NOIR STORIES – PREFACE appeared first on Pan Aurora.

Catégories: Résidents

Christophe Hache > Orchestre éphémère des Grands Formats

Muzzix - mer, 09/04/2014 - 09:29

Christophe Hache, bassiste et compositeur du dernier répertoire de Circum Grand Orchestra (sortie de l'album en juin 2014 chez Circum-Disc) participe à l'évènement "Osez le jazz panoramique - 10 ans de Grands Formats".

Pour fêter son anniversaire, la fédération des grands orchestres met en lumière les concerts de ses orchestres pendant 2 mois sur toute la France, et vous invite au lancement le 12 avril à 18h à l'auditorium du CRR de Paris (15 rue de Madrid - Paris 8e).

Au programme, le big-band du CRR et l'orchestre éphémère des Grands Formats, composés de chefs et musiciens emblématiques de la fédération avec un total de 18 musiciens sur scène !

Pour l'occasion Christophe Hache a adapté "Tan Son Nhat", morceau tiré du dernier répertoire du Circum Grand Orchestra. Vous pourrez écouter pas moins de 10 morceaux composés et joués par les chefs et musiciens de Grands Formats tous confondus. A ne pas manquer !

Photo Christophe Hache © Eric Flogny

Catégories: Résidents

"Bruits de rugby"

Muzzix - mer, 02/04/2014 - 15:53

Quarante rugbymen créeront une fantaisie sonore en manipulant et en plongeant sur des sacs remplis de canettes.
Performance de 45 minutes.

Du 1er au 27 avril, David Bausseron est en résidence à Saint-Jean de Braye (45).
Au programme :
> l'exposition Murmur
> des actions culturelles du 1er au 19 avril
> performance "Bruits de rugby" le 15 avril
> concert "Bruits d'comptoir" le 17 avril
> concert Murmur Metal le 19 avril
> Massages sonores sur rendez-vous les mercredis d'avril
> Orchestre Bruitiste avec les élèves de l'école de musique (date à définir)

Photo © Muzzix

Catégories: Résidents

Travail en cours…

Vanyda - mer, 02/04/2014 - 15:07

Entre deux dédicaces, je travaille sur mes (nombreux ;) ) nouveaux projets… mais pas seulement !

Je travaille aussi sur de l'ancien, à savoir la suite de la rééditions couleur de "Celle que…" sous le titre de Valentine.

Le tome 5  (correspondant à la première partie de "Celle que…" tome 3 ) est en cours d'impression, et avec Drac la coloriste, on planche sur le sixième et dernier tome !

Voici un petit extrait de la couverture en cours…

 

couv-val-6

Autre info : La dédicace prévue au Mans ce venredi 4 avril a été annulée. Mais je reviendrai bientot dans le coin, promis.

Et je serai bien samedi 5 avril à Angers à la librairie Au Repaire des Héros ! :)

(et pour voir les photos de l'expo à la librairie Comptoir des Bulles à Valenciennes, c'est sur le blog sur local 27 ! )

 

 

Catégories: Résidents

"Bruits d'comptoir"

Muzzix - mer, 02/04/2014 - 13:44

Dans cette performance de captation sonore, David Bausseron transforme les sons du bistrot en un véritable concert improvisé !

Du 1er au 27 avril, David Bausseron est en résidence à Saint-Jean de Braye (45).
Au programme :
> l'exposition Murmur
> des actions culturelles du 1er au 19 avril
> performance "Bruits de rugby" le 15 avril
> concert "Bruits d'comptoir" le 17 avril
> concert Murmur Metal le 19 avril
> Massages sonores sur rendez-vous les mercredis d'avril
> Orchestre Bruitiste avec les élèves de l'école de musique (date à définir)

Catégories: Résidents

SOON

Surfer Rosa FB - sam, 29/03/2014 - 13:49
SOON


Catégories: Résidents

Bienvenue sur le site du collectif Muzzix

Muzzix - ven, 28/03/2014 - 12:16

Pour sa dixième édition, Sonic Protest, le festival des musiques obliques, arrive à Lille pour deux soirées de concerts exceptionnelles !
> le 11 avril : Atmosphérique (Cardoen/Charles/Patterson) + Jean-François Laporte + Christian Pruvost à la malterie. Concert gratuit pour les abonnés Muzzix !
> le 12 avril : Merzbow + Murmur Metal à l'Aéronef. Abonnés Muzzix : tarif préférentiel à 8€ sur présentation de votre carte.

Du 1er au 27 avril, David Bausseron est en résidence à Saint-Jean de Braye (45), où il présente "Ecoute la matière". Au programme : l'exposition MurMur, et de nombreuses performances sonores (Murmur Metal, massages sonores, Bruits de rugby, orchestre bruitiste...).

Bi-Ki ? enregistre son premier album, en studio, mais pas seulement ! En collaboration avec la maison Folie Beaulieu, le duo de saxophones - qui s'entoure pour l'occasion de Jean-Luc Guionnet à la prise de son active - expérimentera durant une semaine dans les acoustiques les plus atypiques du territoire lommois : une église, le MIN (marché d'intérêt national), la piscine, l'Hôtel de Ville... Une expérience à découvrir au hasard des cheminements dans la ville.

Également en avril, plusieurs occasions de voir ou revoir TOC :
> le 5, dans le cadre de la Fête de Printemps de Métalu à Chahuter, à Loos.
> les 7 et 14, deux nouvelles sessions des TOC's Montag à la malterie.

Les premières répétitions de "Round the World of Sound" par Muzzix et Dedalus (résidence de mars 2014, création le 6 mai à La rose des vents ) :

Visionnez la plaquette des différents projets et créations soutenus par le collectif en 2014 :

Retrouvez toutes les dates du collectif en parcourant l'agenda Muzzix.

Abonnez-vous !
Profitez toute l'année des tarifs réduits (et au moins une fois par trimestre de l'entrée gratuite) aux concerts que nous organisons (à la malterie et chez certains de nos partenaires). De plus, un disque au choix du label Circum-Disc vous est offert !
Contactez Muzzix au 09 50 91 01 72 ou téléchargez le formulaire d'abonnement.

Vous pouvez vous abonner au flux RSS de ce site pour être tenu au courant des mises à jour.

Catégories: Résidents

MoRkObOt

Chaine youtube la malterie - ven, 28/03/2014 - 11:29
MoRkObOt en concert à La Malterie. Concert organisé par Mohamed Dali
Catégories: Youtube

PAN AURORA TO SUPPORT ELYSIAN FIELDS AT AERONEF, LILLE

Pan Aurora - jeu, 27/03/2014 - 13:44

A_Walk_in_Elysian_Fields

Honoured to support Elysian Fields next tuesday at L’Aéronef Spectacles Sans Gravité!

Mardi 1er avril nous aurons le plaisir d’assurer la première partie d’Elysian Fields à l’Aéronef!

J
FB Event: https://www.facebook.com/events/1378287462419937/

Tickets:  http://www.digitick.com/elysian-fields-pan-aurora-concert-l-aeronef-euralille-01-avril-2014-css5-aeronef-pg101-ri2275532.html

 

The post PAN AURORA TO SUPPORT ELYSIAN FIELDS AT AERONEF, LILLE appeared first on Pan Aurora.

Catégories: Résidents

Expositions à Valenciennes !

local 27 - mer, 26/03/2014 - 15:41

Samedi dernier nous avons passez une excellent moment à la librairie "Le comptoir des bulles" à Valenciennes !

Merci à l'ensemble de l'équipe, ainsi qu'aux lecteurs que nous avons eu le plaisir de rencontrer.

Cette semaine l'exposition de nos planches est encore visible, profitez-en !
valenciennes01.jpg
D'autant que vous pourrez toujours vous procurez la superbe sérigraphie de Vanyda !
valenciennes02.jpg
Vous pouvez également l'acheter directement via "Le comptoir des bulles".

Catégories: Résidents

Satoko Fujii Orchestra Lublin (PL)

Muzzix - mar, 25/03/2014 - 15:00

Lublin Jazz Festival (PL)
Centrum Kultury
Site du festival

Pour la première fois à Lublin, Satoko Fujii prépare des compositions tout spécialement pour le VIème Lublin Jazz Festival Orchestra, composé des musiciens leaders de la scène free jazz polonaise, ainsi que de musiciens japonais, allemand, français ou britannique.
La pianiste et chef d'orchestre a déjà monté des projets similaires - un orchestre avec des musiciens locaux - à New York, Tokyo et Berlin. Il est maintenant temps de donner naissance au Satoko Fujii Orchestra Lublin !

Satoko Fujii (piano), Gerard Lebik, Ray Dickaty (sax tenor), Paulina Owczarek (sax baryton), Natsuki Tamura, Artur Majewski, Piotr Damasiewicz (trompette), Matthias Mahler (trombone), Kazuhisa Uchihashi (guitare), Ksawery Wójciński (basse), Michael Griener, Peter Orins (batterie)


Satoko Fujii © Robert Pranagal

Catégories: Résidents

Claude Colpaert et Guy Straele

Muzzix - mar, 25/03/2014 - 14:28

Dimanche 30 mars à 16h
Concert chez l'habitant, rue Coligny à Roubaix
Réservation indispensable par mail : claude.colpaert@sfr.fr (nombre de places limité)

Guy Strale : piano, percussions
Claude Colpaert : gangsa gantung

Le concert aura lieu en deux parties enchaînées, solo de piano d'abord, puis duo piano/gangsa gantung.

Alors que l'on commençait à peine en 1960 à parler de Cecil Taylor et d'Ornette Coleman, le Bruxellois Guy Strale se rebelle contre l'académisme ambiant et démarre une recherche musicale qui l'amène à explorer l'improvisation libre. Un engagement radical et existentiel, en solitaire d'abord. Puis il découvre que d'autres musiciens suivent la même voie. Il accompagne dès lors l'évolution de l'improvisation libre tout en s'intéressant également aux musiques extra-européennes, qu'il contribue à faire connaître, et à la musique acousmatique. Il développe aussi une recherche universitaire en anthropologie de la musique et une activité de conseiller musical. Il crée des musiques de scènes et de films, ainsi que des performances multimédia. Il initie des ateliers d'improvisation libre au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles dès 1976, puis à la Vénérie de Boitsfort jusqu'en 2007. Il est le fondateur de l'association Inaudible. Il a en outre créé, en tant qu'ingénieur du son, une véritable documentation sur la pratique de l'improvisation. De nombreux improvisateurs y ont pris leurs marques. Guy joue souvent du piano à même les cordes, avec des mailloches et divers objets.

Le Roubaisien Claude Colpaert joue du trombone au sein de la Pieuvre et des grands orchestres de l'association Muzzix. Il fait partie du duo voxcopuli, où sa voix est transformée en direct par l'électronique. En solo, il développe davantage un travail sur le gangsa gantung, instrument principal du gamelan balinais, qui se joue traditionnellement avec un marteau, mais qu'il utilise aussi avec des mailloches, un archet, des dés à coudre et divers objets.

Le concert sera suivi d'un pot.
Merci de venir avec une bouteille, et un peu d'argent pour le défraiement des musiciens (un chapeau passera à la fin du concert).

Catégories: Résidents

Toc's Montag + Jean Louis

Muzzix - mar, 25/03/2014 - 11:56

Poursuivant leurs expérimentations soniques, les musiciens de Toc ouvriront (presque) toutes les semaines la salle de concert de la malterie, profitant de l'occasion pour enregistrer, inviter d'autres musiciens, essayer de nouvelles formes... Un rendez-vous qui sera donc forcément à géométrie variable, et une occasion d'occuper votre début de soirée du lundi...

Toc

Jérémie Ternoy : Fender Rhodes
Ivann Cruz : guitare
Peter Orins : batterie

Free punk pop hypnotique, post-rock, jazz-core…Troublant, orgiaque et communicatif, Toc est inclassable, mais secoue les pieds et les têtes.

Après "le Gorille" (Circum-Disc), le groupe révèle avec son deuxième album "You can dance (if you want)" son goût pour la pop improvisée et sur-vitaminée, sans compromettre son appétit d'expérimentation sonore…

Jouant sur le volume et l'énergie du rock, puisant ses influences de Stravinsky à Sonic Youth, sans oublier ce qu'il y a entre les 2 et autour (The Necks, Godspeed, …), le trio privilégie en son sein l'écoute, la disponibilité, les initiatives ou les coups d'état…

Toc cherche constamment à travailler une matière sonore dans laquelle disparaît l'identité des instruments, la laissant ressurgir en creux dans la texture Ils acceptent, voire provoquent, la surprise, les perturbations, la mise en danger…

On retrouve les musiciens de Toc dans les différents collectifs qui sévissent sur la scène lilloise (Muzzix, Zoone Libre, …), opérant sans barrière, de l'expérimentation (La Pieuvre, …) au jazz (Jérémie Ternoy Trio, …) en passant par le Zeuhl (Magma) ou le rock garage (Sheetah et les Weissmüller…).

Photos © Alex Noclain / Philippe Lenglet

Jean Louis

Jean Louis est un insurgé, porte parole d'une musique puissante et désinhibée, qui trace depuis quelques années son chemin dans des territoires insolites. C'est un convoi blindé qui déboule et envoie ses flèches, fluides et insolentes. Il plonge avec le public dans une transe tour à tour orageuse et aphrodisiaque, mécanique et lumineuse. Ça fait des ravages, un vrai bain de son.

Joachim Florent : double bass, effects
Francesco Pastacaldi : drums
Aymeric Avice : trumpet, flugelhorn, effects


JPEG - 118.3 ko
TOC

Catégories: Résidents

Toc's Montag

Muzzix - mar, 25/03/2014 - 11:50

Poursuivant leurs expérimentations soniques, les musiciens de Toc ouvriront (presque) toutes les semaines la salle de concert de la malterie, profitant de l'occasion pour enregistrer, inviter d'autres musiciens, essayer de nouvelles formes... Un rendez-vous qui sera donc forcément à géométrie variable, et une occasion d'occuper votre début de soirée du lundi...

Toc

Jérémie Ternoy : Fender Rhodes
Ivann Cruz : guitare
Peter Orins : batterie

Free punk pop hypnotique, post-rock, jazz-core…Troublant, orgiaque et communicatif, Toc est inclassable, mais secoue les pieds et les têtes.

Après "le Gorille" (Circum-Disc), le groupe révèle avec son deuxième album "You can dance (if you want)" son goût pour la pop improvisée et sur-vitaminée, sans compromettre son appétit d'expérimentation sonore…

Jouant sur le volume et l'énergie du rock, puisant ses influences de Stravinsky à Sonic Youth, sans oublier ce qu'il y a entre les 2 et autour (The Necks, Godspeed, …), le trio privilégie en son sein l'écoute, la disponibilité, les initiatives ou les coups d'état…

Toc cherche constamment à travailler une matière sonore dans laquelle disparaît l'identité des instruments, la laissant ressurgir en creux dans la texture Ils acceptent, voire provoquent, la surprise, les perturbations, la mise en danger…

On retrouve les musiciens de Toc dans les différents collectifs qui sévissent sur la scène lilloise (Muzzix, Zoone Libre, …), opérant sans barrière, de l'expérimentation (La Pieuvre, …) au jazz (Jérémie Ternoy Trio, …) en passant par le Zeuhl (Magma) ou le rock garage (Sheetah et les Weissmüller…).

Photos © Alex Noclain / Philippe Lenglet


Retrouvez les albums de TOC sur le site de Circum-disc.

JPEG - 51.8 ko
1er album - le Gorille
JPEG - 66.7 ko
2ème album - You can dance (if you want)


JPEG - 118.3 ko
TOC
Catégories: Résidents