Société Volatile / Arnaud Verley & Philémon Vanorlé
Baraka, 2015
Voir l'image de fond

RÉSIDENCE CURATORIALE / Fanny Lambert

Résidence
Du mardi 22 mai / vendredi 22 juin 2018

La malterie accueille la critique et commissaire d'exposition Fanny Lambert en résidence.

Cette résidence représente Un temps d'immersion dans la structure, lui permettant d'y rencontrer les artistes et de s'associer temporairement aux activités du lieu, Un temps d'expérimentation lui permettant d'y développer ses recherches, Un temps de réflexion sur sa pratique, Un temps de découverte du territoire et de sa scène artistique.

////////////////

Que se passe-t-il à l'origine de l'œuvre ? Quand l'objet, la manière ou l'expression n'est pas encore. C'est l'ensemble de ces considérations de ce qui procède de ou précède à l'invisible, depuis l'élaboration de l'œuvre jusqu'à sa monstration, que Fanny Lambert va tenter d'expérimenter durant ce mois de résidence à la Malterie. Questionner l'invisibilité, l'imperceptibilité de l'œuvre ab ovo, en amont de son existence matérielle et tangible, depuis l'atelier jusqu'à la documentation générée par l'artiste. Un temps d'échange avec les artistes qui conduira à proposer un autre accès à l'œuvre. Le regardeur doit-il nécessairement être au fait des processus d'élaboration entrepris par l'artiste ? De son côté, ce dernier doit-il rendre l'ensemble du cheminement visible, explicite et être contraint de tout montrer ? 

Comment ce duo commissaire d'exposition/artiste se met-il à l'œuvre dans un temps commun? Et qu'est-il juste de révéler ? A partir d'un matériau divers collecté lors de visites d'ateliers et d'entretiens, Fanny Lambert proposera lors d'une intervention publique un dispositif de monstration qui aura davantage trait à une immersion à entrées multiples vers la production des artistes, qu'au format strict d'exposition. Rejoignant ses recherches actuelles autour de l'imperceptibilité du processus de création, c'est une réflexion qui en sous-tend une autre : la création n'a-t-elle pas également à voir avec le mystère ? Entre représentations et fictions, une certaine idée ou projection du travail sera livrée ou donnée à voir.

////////////////

Un temps de restitution de la résidence curatoriale est prévu le 20 juin 2018 à 18h30 à la malterie à l'occasion du 1er rendez-vous pro 'Tout autour' consacré à l'activité du commissaire d'exposition indépendant.

Plus d'infos sur cette rencontre ici.

Fanny Lambert

Diplômée d'un cycle de muséologie à l'Ecole du Louvre, Fanny Lambert est critique d'art, journaliste, commissaire d'expositions indépendante (membre de CEA) et enseignante. Spécialisée en art contemporain et photographie, elle s'intéresse particulièrement au corps dans l'image et à l'Art Corporel depuis les années 1970, mais aussi aux spécificités de monstration des productions dites éphémères ou performatives. Passant d'abord par l'environnement muséal (Centre Georges Pompidou), puis à celui des galeries, elle se dirige vers la presse spécialisée et collabore à diverses revues (De l'air, L'Oeil de la Photographie,  Inferno) pour lesquelles elle réalise portraits, entretiens et comptes-rendus d'expositions. En 2016, on lui confie la charge de développer un pôle « Art contemporain » à la galerie Gradiva à Paris (Expositions « Texte/Image - Agnès Geoffray & Gladys Brégeon » 2017, « Replis - Mathieu Bonardet » 2016). En partenariat avec les Beaux Arts de Paris (ENSBA), elle signera cet été une exposition collective des diplômés 2017. Outre la rédaction de textes depuis 2013 en direction des artistes (Benjamin Mouly, Nolwenn Brod, Camille Moravia, Dmitri Makhomet) et des institutions (Les Rencontres d'Arles), elle cofonde en 2016 un projet expérimental en ligne intitulé « Amorces » et fait partie depuis sa création cette année du comité de rédaction de la nouvelle revue Possible. Particulièrement attentive à la création émergente (« Première » 2017, CAC Meymac / Prix « Taupin et Kespar »), régulièrement jury pour des diplômes (ESBA Angers) ou des prix (Biennale BIT20, nov. 2018), elle s'attache à conduire une mise en regard de l'art contemporain et de l'image dans les pratiques actuelles. Depuis 2016, elle enseigne l'Histoire de l'art des années 1960 à nos jours à l'Université Paris VIII-Saint Denis et se destine à l'enseignement théorique dans les écoles d'art. Portée par une réflexion sur les possibilités de visibilité de l'œuvre, c'est dans cette perspective qu'elle entend mener un doctorat autour des notions de circularité, d'invisibilité et de perception à l'œuvre dans les processus de création.

www.fannylambert.com

photo : Charlotte Gonzalez

 

 

 

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.